Et non, l’article sur la Micronésie, ce ne sera pas encore pour aujourd’hui.

Oui oui, je sais que vous êtes déjà plus de 10 000 à vous demander dans une anticipation anxieuse QUAND ce fabuleux billet sur Palau paraîtra ? Vous le saurez bientôt.

Non, je voulais ici vous causer de 2 « kifs » récents :

> un excellent film : « Hunt for the Wilderpeople » (https://www.rottentomatoes.com/m/hunt_for_the_wilderpeople/).

Ricky (Julian Dennison, épatant !), délinquant juvénile abandonné par sa mère, rebelle et pataud, est recueilli par un couple vivant dans le bush néozélandais, Hec et Bella.

Mais finalement il n’a pas mauvais fond, le gamin. En fait, le rugueux Hec (Sam Neill), qui joue le rôle du chasseur dur à cuire asocial, bougon et bourru à souhait et qui ne supporte pas de voir un « inutile à la maison », finit par approcher le gamin et tente de l’initier à certaines besognes… sans grand succès.

Bella, elle, devient vite une nouvelle maman « gâteau » et réussit à lui faire prendre conscience de la vie et de la multitude de choses qu’il pourrait faire, lui qui vient de la Ville et ne connait rien de la vie en pleine nature.

Malheureusement les choses vont s’accélérer avec le décès rapide de Bella. Perturbé par cette disparition et par le fait qu’il va devoir quitter son foyer d’accueil, Ricky s’enfuit et se perd en forêt. Hec part à sa recherche et parvient à le trouver, mais se blesse. Sans entrer dans les détails du pourquoi/comment, leur disparition laisse les autorités penser que Hec a kidnappé Ricky. A partir de là les situations deviennent de plus en plus étranges et cocasses, souvent aussi incohérentes que l’esprit de nos deux fugueurs. Ils finissent par s’accepter l’un l’autre et les spectateurs voient naitre peu à peu une vraie complicité entre eux. Il faut dire que, finalement, ils ont l’air de sacrément bien s’amuser et de profiter de leur périple forestier autant que de la « chasse à l’homme » qui s’organise autour d’eux.

L’histoire est simple et sympathique. Le cadre des forêts de Nouvelle-Zélande est somptueux. Mais ce sont surtout les rapports entre Rick et Hec qui donnent toute la saveur de ce film. Ils finissent par devenir tellement attendrissants malgré leurs défauts respectifs, que c’en devient touchant d’authenticité, et qu’on en vient à vouloir partager leur excitation dans leur tentative de berner les rangers à leurs trousses.

Bref, c’est un MUST SEE.

> L’autre kif ? Et bien c’est une conférence, oui oui. Un médecin québecois, Serge Marquis, parle du stress (notamment au travail, mais pas que) et conseille de « savoir s’arrêter » dans ce monde fou où tout va trop, trop, trop vite.

Il passe d’anecdote en anecdote, rendues d’autant plus croustillantes grâce à ses mimiques, à son accent et ses jurons québecois. Et il enchaine sur des conseils qui peuvent nous aider dans certaines situations en s’y entrainant un peu, l’objectif étant de savoir réagir face à des situations stressantes en mettant en place des stratégies pour les contrôler (tant bien que mal).

C’est plus un one man show qu’une conférence en bonne et due forme. Vous trouverez d’ailleurs des traces de ses interventions en googlant un peu : toujours le même discours bien rôdé et la même gestuelle. Pourquoi changer une méthode qui marche ?

Alors allez jeter un œil ici : https://webtv.univ-nantes.fr/fiche/8184/serge-marquis-on-est-foutu-on-pense-trop

Si vous tenez les 3 premières minutes en découvrant le personnage, sa faconde et son ton si déconcertant, soit il vous agacera et vous arrêterez immédiatement, soit vous engloutirez avidement les 80 minutes de projection.

Et vous : quels sont vos coups de cœur du moment ?

Venez partager vos "kifs"