Un grand classique qui laisse pourtant sans voix

Cette fois, ce voyage fut presque un (heureux) hasard. J’avais planifié le Tour des Annapurnas pour l’automne 2014, mais m’y étais pris un peu tard pour les vols : même 6 mois avant le départ, les prix flambaient déjà et les vols restants nous obligeaient à réaliser des escales à rallonge. Il faut dire que l’automne est la période climatiquement la plus favorable pour les treks au Népal, et les marcheurs affluent toujours en octobre-novembre.

Nous avons donc changé notre fusil d’épaule et remplacé ce trek par un circuit au Rajasthan avec une extension à Varanasi. Et le hasard a finalement bien fait les choses. Cette année-là, de terribles tempêtes de neige ont surpris et paralysé de nombreux groupes de trekkeurs et leurs accompagnateurs guides et porteurs, faisant 43 morts. Nous n’en étions absolument pas conscients durant notre séjour et ne l’avons appris que lors du vol retour, en écoutant les récits de touristes qui s’étaient trouvés bloqués sur le circuit du trek et qui avaient finalement dû être évacués.

Bref, si nous n’avons eu aucun regret, ce n’est pas seulement grâce à ce hasard, mais surtout grâce aux découvertes faites pendant ce « circuit de remplacement ». On parle en effet beaucoup du Rajasthan, disant que l’Inde ne se résume pas à cette partie du pays (ce qui est forcément vrai !) et que cette destination est galvaudée, ultra-touristique et sans authenticité. Et bien pour avoir pas mal voyagé, je dois dire que j’ai découvert une variété d’atmosphères et de sites qui m’ont littéralement laissé sous le charme. Un charme évidemment accompagné d’une impression paradoxale liée à la misère, à la mendicité, au spectacle saisissant des crémations sur les ghats de Bénarès, et plus généralement aux émotions qui se dégagent à chaque coin de rue. Non nous n’avons pas dormi dans des palaces, mais nous en avons vus, comme nous avons vu de splendides temples (Ranakpur) et de magnifiques façades en dentelle (Jaisalmer), sans parler du Taj Mahal évidemment.

Comment y rester insensible ? En disant juste qu’il y a trop de touristes ? Mais il suffit pourtant de se lever tôt si on veut se donner un peu de mal et éviter les cohues. Et puis le monde et ses merveilles ne sont pas la propriétés de quelques touristes blasés qui souhaiteraient avoir le privilège de pouvoir visiter un lieu sans personne pour les « déranger ». Et d’ailleurs ce serait aberrant de ne pas observer un peu ces familles indiennes venant elles aussi profiter du Taj Mahal, se pomponner et se mettre en scène pour LA photo de famille avec le mausolée en arrière-plan. Cela fait aussi partie du voyage et du spectacle que nous offrent ces destinations.

Notre itinéraire

La formule que nous avons choisie était plutôt bien équilibrée pour nous permettre de nous reposer tout en faisant pas mal de trajets. 16 jours, c’est finalement peu pour parcourir cet itinéraire. Donc alterner train de nuit ou de jour, trajets en voiture avec chauffeur et vol intérieur nous a même permis d’ajouter l’indispensable Varanasi à ce voyage (par exemple le trajet terrestre de Khajuraho et Varanasi n’est pas simple et peut prendre du temps).

  • Train de nuit Delhi-Bikaner
  • Voiture avec chauffeur jusqu’à Udaipur
  • Train de jour pour Jaipur
  • Voiture avec chauffeur jusqu’à Khajuraho
  • Vol Khajuraho-Varanasi
  • Vol Varanasi-Delhi

J1Vol Paris-Delhi, arrivée le matin – Visite de la tombe d’Humayun, de la tombe de Gandhi et du minaret Qutub Minar, balade au Kinari BazarTrain de nuit pour Bikaner
J2(rendez-vous avec notre chauffeur) Visite du fort de Lunagarh, puis de l’étonnant « temple des rats » à Deshnok (temple de Karni Mata) – route pour JaisalmerNuit Jaisalmer
J3Visite du Fort Doré (Sonar Kila), du lac Gadisar et du village de Kuldhera, balade dans les ruelles de la villeNuit Jaisalmer
J4Route pour Jodhpur « la cité bleue », visite de la forteresse de Mehrangarh, du mémorial Jaswant Thada, balade dans la ville (Clock Tower, marché…)Nuit Jodhpur
J5Route pour le village de Narlai, balade dans le village et randonnée sur les collines voisinesNuit Narlai
J6Visite du temple jaïn de Chaumukha Mandir à Ranakpur, puis du fort de Kumbhalgarh – Route pour Udaipur, balade dans la ville au soir pour la « fête des lumières » (Diwali)Nuit Udaipur
J7Visite du City Palace et du Temple Jagdish, balade en  bateau sur le lac Pichola – Le soir, spectacle de danses traditionnelles au Bagore ki HaveliNuit Udaipur
J8A l’aube, trajet en train pour Jaipur – Visite du Palais des Vents (Hawa Mahal), du Jantar Mantar et des marchés de la vieille villeNuit Jaipur
J9(rendez-vous avec notre chauffeur) A l’aube, survol en ballon au-dessus du fort d’Amber et des environs, visite du fort d’Amber, puis du City PalaceNuit Jaipur
J10Route pour Fatehpur Sikri, puis Agra avec la visite du fortNuit Agra
J11A l’aube, visite du Taj Mahal, puis route pour la petite ville d’Orchha – Visite du palais de Jahangir Mahal, puis balade dans la vieille ville et au milieu des Chhatris au bord de la rivière BetwaNuit Orchha
J12Route pour Khajuraho, puis visite du site des temples de Kamasoutra (au moins les groupes ouest et est), balade dans le villageNuit Khajuraho
J13(fin du trajet en voiture) Vol pour Varanasi – Balade en ville, puis cérémonie religieuse sur le GangeNuit Varanasi
J14A l’aube, balade en bateau sur le Gange pour voir la vie se lever sur les ghats, puis visite du temple bouddhiste de Sarnath, des ghats Manikarnika (crémation), Dasahwamedha (purification), et du temple de Vishwanath, balade dans les bazarsNuit Varanasi
J15Vol pour Delhi – Visite de la mosquée Lama Masjid (grimper au minaret) et du fort RougeNuit Delhi
J16Vol retour pour Paris

Quelques extraits vidéo

Mes coups de cœur

Beaucoup de visites de temples et de forts, mais toujours très différentes. Je laisse parler l’émotion et donc la liste ci-dessous n’a vraiment rien de rationnel :

Le temple des rats à Deshnok : c’est complètement incroyable, il faut y être pour le croire. Le temple en lui-même n’a rien d’exceptionnel, mais… Bref, comme je vous le disais : mon jugement n’a rien de rationnel ! Il faut juste y aller, point.

La forteresse de Mehrangarh et le point de vue sur la ville bleue en fin d’après-midi : moment qui m’a replongé dans le souvenir d’un superbe (mais étrange) film appelé The Fall. S’assoir une demi-heure entre deux créneaux pour contempler…

Le temple de Chaumukha Mandir à Ranakpur : il est splendide, mais assez étroit et il peut être assez rapidement encombré. Ne pas hésiter à prendre son temps et laisser aller et venir les groupes de touristes venant en bus pour pouvoir profiter des lieux plus sereinement.

Le fort de Kumbhalgarh : plus que le fort proprement dit, c’est l’ensemble du site qui est magnifique et impressionnant, parsemé de temples et entouré d’une muraille de 36 km (la 3ème plus longue muraille du monde, tout de même), tellement large qu’elle permettrait à 8 chevaux d’avancer de front.

Le soir de la fête de Diwali, ses fleurs, ses pétards et ses feux d’artifice à Udaipur, ses enfants qui crient et rient : instants magiques et de gaité partagée. Ne manquez pas non plus le spectacle de danse au Bagore ki Haveli : non seulement le lieu est superbe et nous fait remonter le temps, mais l’ambiance y est formidable, les artistes sont talentueux, le public est familial et bon enfant, et on est très loin d’un spectacle surfait pour « touristes » (les touristes étrangers y sont d’ailleurs bien plus rares que les spectateurs indiens).

Le Palais des Vents à Jaipur : sa façade m’impressionnait déjà en photo avant de me rendre en Inde, mais j’avoue qu’une fois sur place, c’est assez incroyable de la découvrir « en vrai ». Une merveille d’architecture.

L’atmosphère d’Orchha : cette petite ville dégage quelque chose d’apaisant, de naturel, voire sauvage. C’est comme si on arrivait dans un « concentré d’Inde » où l’on retrouve un charme suranné et une authenticité que j’ai plus de mal à capter dans les grandes villes. Une étape à ne pas manquer.

Oui, le Taj Mahal est bel et bien unique, énorme, majestueux, brumeux, et la mâchoire ne peut que se décrocher au premier regard qu’on lui lance (et elle se décroche encore plus au fur et à mesure qu’on s’en rapproche et qu’il ne cesse de grandir et d’en imposer). C’est simple, c’est pur, c’est beau.

Varanasi/Bénarès : je ne peux rien dire ou au contraire je pourrais tout dire sur cet endroit si spécial. Il y plane une atmosphère étrange, quasi-mystique, fascinante, qui fait que même en découvrant les crémations et le choc qu’elles peuvent causer chez les « non-initiés », on ne se sent finalement ni oppressé, ni attristé. Tant de pèlerins viennent ici pour des raisons qui leur sont propres… C’est un melting pot social et culturel, chacun est affairé par son propre objectif. Le mieux est de rester en retrait, ne plus bouger, écouter et observer en mode contemplatif (j’appelle ça « faire l’éponge »…). On peut certainement détester et souhaiter en repartir au plus vite, ou devenir accro et y passer des jours et des jours avec un étonnement sans cesse renouvelé. Oui, il y a du voyeurisme dans tout cela pour nous touristes, car le spectacle est bel et bien « humain ». Mais comment ne pas être fasciné par cette humanité…

Les Sadhus : je n’ai pas les mots, désolé… Croisez-les, faites-vous votre propre opinion sur eux (ou pas), donnez leur une pièce (ils en ont vraiment besoin) si vous voulez les prendre en photo. Regardez-les, admirez-les. Ils restent un mystère pour moi.

Galerie photo